Les reines du jardin !
 
Si il y a bien une culture à faire au jardin, c’est celle-ci. Goûter une tomate coeur de boeuf, gorgée de soleil, sucrée, juteuse, que vous avez amené de la graine jusque dans votre assiette… c’est ça la vie !
 
Indice d’autonomie alimentaire: 10/10
 
La tomate est une des cultures les plus généreuses. Chaque plant pourra vous donner entre 5 et 15 kilos, selon les variétés, la réussite de votre culture. Les variétés anciennes sont cependant assez souvent moins productives, mais bien plus goûteuses que des tomates hybrides.
 
Il faut bien comprendre qu’une tomate du jardin est absolument incomparable avec celles du commerce. Celles de votre maraîcher s’en rapprocheront un peu, mais là où vous pouvez faire la différence, c’est en cultivant des variétés anciennes, fragiles, que vous ne trouverez nulle part, soit parce qu’elles sont trop peu productives, ou trop peu transportables vu leur fragilité. Quand on voit le prix au kilo des variétés anciennes en magasin, entre 3 et 5 € le kilo l’été, vous économiserez vite de l’argent, ou du moins cela donnera une récompense plutôt sympathique au temps investi au potager.
 
Aussi, vos tomates ne passeront pas par la case « frigo », et c’est là un avantage de taille. La tomate perd beaucoup de goût au frigo, comme de nombreux légumes d’ailleurs, et les manger directement gorgées de soleil est un gage de qualité gustative. D’ailleurs, j’insiste, ne mettez jamais vos tomates au frigo, vous perdrez toutes leurs saveurs, c’est bien dommage.
 

Les semis. Cela promet de belles couleurs !


Au potager familial, c’est entre 40 et 60 plants qui sont cultivés, de multiples variétés diverses et variées. Rien n’est jeté. Tout est mangé, ou transformé en sauce, tomates séchées, ou donné à droite à gauche entre la famille et les amis.
 
Concernant la méthode de culture, il y a deux écoles aujourd’hui, ceux qui taillent les gourmands, et ceux qui laissent le plant devenir buisson. Au jardin d’Olivier, les plants sont surtout taillés et tuteurés pour faciliter la récolte et mieux harmoniser le potager. Quelques essais sont fait à même le sol, sans taille et en laissant les plants buissonner. Cela marche aussi, mais les plants sont beaucoup moins évident à exploiter, il faut chercher les tomates, éviter le contact avec la terre.
 
Concernant les variétés, c’est de la folie ! Elles existent par milliers, du jaune, au rouge, violet, blanc, vert, rose… Des petits, cerises, aux énormes, plus d’un kilo. Au potager, on préfèrera surtout les tomates ananas, les green zebra avec le coté légèrement acide, et surtout nous adorons en découvrir de nouvelles chaque année.
 
Réussir sa culture:
 
Pour réussir votre culture de tomate, il vous faudra planter le plant bien profond, pour qu’il fasse un maximum de racines. Avoir un sol bien riche, la tomate est très gourmandes en minéraux et va fort puiser dans votre sol. Arroser régulièrement, éviter le contact de l’eau avec les feuilles, le goutte à goutte est idéal ou un arrosage à l’arrosoir.
Aussi vous prendrez le temps de choisir des plants robustes, idéalement chez un horticulteur local, de belles variétés anciennes vous ouvriront l’accès à de belles couleurs et des goûts prononcés.
 
Concernant les semis, inutile de se lancer avant la mi ou fin mars, pour les sortir de serre début mai, ici dans le sud. Aucun besoin d’étaler la production, elle s’étale d’elle même avec des plants qui donnent de début juillet à fin octobre pour les plus tardives.
 
 

Points positifs

  • Délicieux, sans comparaison
  • Variétés infinies
  • Production étalée sur quatre mois
  • Productif
  • Peu compliqué
  • Récolte rapide

Points moins positifs

  • heu…. je vais encore chercher, je vois pas !
 

Les haricots sont une culture à avoir absolument au potager familial. Chaque année la récolte est abondante ! Des kilos et des kilos, cela avec une place accordée au potager assez réduite comparé à d’autres légumes.
 
Ils aiment avoir un sol assez riche, meuble, et surtout réchauffé. Inutile d’être impatient, dans un sol froid, vous risquez de perdre votre semis, les graines vont pourrir avant de germer. Selon les régions il faudra attendre de début avril à mi mai. Une température de sol de 15° est recommandée. Le goutte à goutte est idéal pour l’arrosage. Sinon un arrosage à l’arrosoir fera l’affaire. Attention aux fortes chaleurs estivales où malgré un fort paillage, un apport d’eau ne sera pas de trop. Ils aiment l’humidité au sol.
 
Les variétés sont nombreuses. Les couleurs aussi. Et les diversités de plants aussi ! Il y a de quoi partir à la découverte de nouvelles variétés chaque année. Les haricots à rames donnent du relief au potager. Ce sont des haricots qui ont besoin de tuteur. Ils vont ainsi grimper en hauteur pouvant aller jusqu’à 2 ou 3 mètres. Je vous laisse d’ailleurs regarder la vidéo du « potager de manu » que j’ai visité en 2017. On peut y voir des haricots grimpants allant jusqu’à trois mètres de hauteurs ! De ce fait ils peuvent jouer un rôle d’ombrage si vous souhaitez avoir des cultures supportant moins le soleil comme les fraisiers, salades… 
Les variétés de haricots grimpants sont infinies. Vous pouvez voir ici deux variétés essayées au potager. Les variétés « Blauhilde » de couleur bleu-violet ! et des haricots « la vigneronne » marbrés de violet ! Cela laisse rêver rien que d’en parler.
 
Ci-dessous une vidéo sur les haricots réalisée au potager qui reprend les facteurs clés de succès et les différentes variétés essayées et récoltées au potager familial.
 
 
Les haricots nains, plus classiques, offrent eux-aussi beaucoup de satisfaction. Voilà plusieurs saison qu’au potager sont essayés les haricots beurres, de couleurs blanches, plus facile à repérer pour la cueillette et très bon ! Aussi les haricots pongo, très productifs. Vous pouvez semer en poquet, surtout si vous avez un goutte à goutte, cela permet de regrouper les graines prêt de chaque goutteur. Sinon vous pouvez semis aussi en sillon, une graine tous les 5 centimètres. Attention à laisser assez de place entre chaque sillon, sinon et c’est une erreur que je répète trop souvent, vous ne pourrez pas passer entre les sillons et ce sera moins pratique que ce soit pour la cueillette ou l’aération des plants. Laissez bien 50 centimètres. Si vos plants sont en bonne forme, ils prendront largement cet espace !
 
Indice d’autonomie alimentaire: 10/10
 
Le haricot est très généreux. La récolte est assez facile, même si bien sûr il faut se baisser pour cueillir les variétés naines. Mais le résultat en vaut la chandelle. Et à déguster, le goût est incomparable avec les haricots du commerce. Un craquant, une douceur. Encore un légume que les enfants adorent.
 
La place nécessaire dans l’idéal correspond à une bonne dizaine de mètres carrés sur la saison. Vous pouvez étaler vos semis pour étaler vos récoltes. De mi avril à mi juillet, vous pouvez semer ! Ce qui vous procure des récolte de fin juin à fin septembre ! C’est d’ailleurs vivement conseillé d’étaler vos semis sinon vous allez avoir un sacré arrivage sur quelques jours qui va plus vous embêter qu’autre chose… Alors prenez le temps de planifier vos semis.
 
En congélation, le haricot perd de son craquant, néanmoins il nous a bien dépanné toute l’année, il faut bien laisser sécher les haricots si vous les blanchissez avant de les congeler.
 

Points positifs

  • Très bonne productivité
  • Goût incomparable avec les haricots industriels
  • Les enfants adorent !
  • Les variétés sont nombreuses et c’est trop beau visuellement !
  • Assez facile à réussir
  • Se cuisine facilement

Points moins positifs…

  • Répartir les semis pour éviter un arrivage trop resserré sur quelques jours.
  • Attendre d’avoir un sol bien réchauffé sinon le semis est loupé.
  • Cueillette « un peu » fastidieuse quand on manque de temps. D’autres récoltes sont plus rapides.
  • Congélation pas toujours tip top.

Au jardin d'Olivier

Les épinards au jardin, c’est comme si on découvrait un nouveau légume. Le goût est tellement différent avec les épinards que vous pouvez trouver en surgelé, ou encore, avec le souvenir souvent assez peu réjouissant que l’on a des épinards bouillis servi à la cantine !
 
J’ai encore en souvenir la première fois que j’ai gouté mes premiers épinards récoltés, c’est dingue ! franchement c’est comme découvrir un nouveau légume.
 
Les enfants adorent. Et ça, c’est aussi une belle motivation à les cultiver. Avec un peu de crème fraiche, de lardons, le tout dans un faitout quelques minutes, ou en omelette, et c’est un véritable régal !!! Comme chaque année, pas d’hésitation, les épinards auront leur place au jardin.
 
Deux saisons sont propices à leur production, avant et après les fortes chaleurs estivales. Vous pouvez donc semer vos épinards dès le mois d’avril ou à partir de la fin août.
Faisant parti de la famille des légumineuses, il aura en plus l’avantage d’enrichir votre sol en azote pour les cultures suivantes.
 
Indice d’autonomie alimentaire: 7/10
 
Il faut être honnête, ce n’est pas avec les épinards que vous allez satisfaire vos besoins alimentaires. Mais tout de même, il vous fera un accompagnement de choix, ou consommé en salade, il vous fera de belles entrées. La cueillette est assez longue, en coupant les feuilles les unes après les autres, et pour un énorme panier rempli en une dizaine de minute, il ne vous restera que 4 ou 5 portions repas au fond de la marmite une fois réduit après la cuisson ! Mais je vous le répète, cela vaut tellement le coup, cela vaut tellement le goût ! 🙂
Plusieurs variétés vous apporteront satisfaction, avec des feuilles plus ou moins grandes.
 
Il faut semer sur un espace assez conséquent, je dirais 7 ou 8 mètres carrés. Le mieux est d’étaler les semis pour logiquement étaler les récoltes. Entre les différentes variétés, vous pouvez récolter les épinards tout le printemps et tout l’automne.
 
 
 
Au final la culture d’épinards est une culture que je conseille.
 
Points positifs
 
  • Goût incomparable.
  • Réussite assez facile.
  • Plusieurs variétés pour des récoltes espacées sur plusieurs mois.
  • Facile à cuisiner.
 
Points moins positifs…
 
  • Les aléas des semis… parfois ça loupe.
  • Récolte un peu pénible, feuille après feuille, il faut un peu de temps.
  • Un sac entier pour 2 petites portions au final dans l’assiette, ça réduit à la cuisson !
Au jardin d'Olivier
 
 

Cette culture est très appréciée au potager familial. C’est très souvent un succès, c’est un bon légume, les enfants adorent ! En semis, les variétés sont multiples, et sinon vous trouverez facilement des plants chez des horticulteurs. Je vous laisse découvrir mes indices de culture.
 
Indice d’autonomie alimentaire: 9/10
 
Les betteraves offrent une très bonne productivité. Le rapport place cultivée / production obtenue est top. Prenez peu de risque en semant ou plantant des variétés classiques, qui vous apporteront des résultats satisfaisant. Les variétés plus anciennes sont parfois un peu plus « risquées », regardez par exemple mon expérience avec la betterave 3 Root Grex.
 
Vous pouvez en planter une bonne dizaine au m², peut-être plus resserré si vous avez un très bon sol. Ainsi vous aurez rapidement une quantité conséquente si vous plantez par exemple sur 6 m², comme je le fais. Vous en aurez ainsi de disponible sur plusieurs semaines, elles se conservent assez longtemps en terre. Et une fois cueillies, elles se congèlent très bien crues.
 
C’est une culture assez facile. Cependant, c’est un légume racine, il faudra donc un sol assez ameubli pour que le légume puisse se développer assez facilement. Il faudra aussi veiller à avoir un sol assez nourri.
 
Les betteraves du jardin offre une douceur sucrée remarquable. Bien sûr il y a de très nombreuses variétés qui se différencient par leur goût respectif, mais dans l’ensemble, on a la garanti d’un goût prononcé un bien sucré. Différence marquée avec les produits du commerce.
 
Peu de temps est nécessaire pour produire les betteraves ! Une fois les plants en place, et si vous avez la chance d’avoir un goutte à goutte avec programmation comme c’est le cas au jardin d’Olivier, la culture demandera très peu d’entretien. Un léger binage de temps à autre, et encore, si votre sol est paillé, vous n’aurez qu’à vous émerveiller de voir les plants grandir et les légumes apparaître à la surface.
 
Indice de congélation: 10/10
 
La betterave se congèle très très bien! C’est top pour prévoir la saison creuse. Chaque année nous congelons au moins 30 portions repas. Et cela très pratique. Une fois pelées, coupées en dés, crues, elles sont congelées en sachet de congélation. Pour la décongélation, il suffit de les cuire à la cocotte une quinzaine de minutes selon l’épaisseur des morceaux et le tour est joué. De bonnes betteraves qui gardent l’essentiel de leur qualité.
 
Plants ou semis: Les deux
 
Les plants vous demanderont moins de travail. Les semis vous permettront d’avoir accès à des variétés plus folkloriques, avec des couleurs fabuleuses, roses, blanches, jaunes…
 
Au jardin d'Olivier