La permaculture a pour vocation, entre autre, de valoriser au mieux son environnement et donner une multiple utilité à un élément.

La haie en est le parfait exemple. Pour beaucoup, elle fait simplement office de « brise vue », parfois un élément esthétique. Au jardin d’Olivier, en permaculture plus généralement, les haies ont toutes les fonctions suivantes :

  • Un brise vent :

La haie, que ce soit de conifères, lauriers, photinias, troènes… sera un excellent abris contre les trop forts vents. Ce n’est pas négligeable pour le potager et pour le jardinier !

Les légumes préfèrent être au calme plutôt que sollicités par de trop fortes rafales. Il est montré que les tomates peuvent perdre 20% de productivité si elles sont trop exposées au vent ! Les plants sont soumis à une transpiration foliaire excessive, le sol se déshydrate plus vite et le jardinier est énervé par ce fort vent de mistral qui souffle toujours trop ! Et que dire des légumes généralement tuteurés qui se retrouvent à terre ! L’année dernière les haricots grimpants ont fini avec une inclinaison non maîtrisée… 🙂

Au contraire, un léger vent est nécessaire aux légumes. Notamment pour la pollinisation, aérer les plants, oxygéner. La haie sera un précieux allier en sachant la placer au bon endroit.

  • Un source de rameaux pour faire du paillis ou du BRF (Bois Raméal Fragmenté).

La haie, surtout de non conifères, fera un excellent apport de rameaux (pousses de l’année), que l’on aura plus qu’à tailler et broyer. Au choix, nous pourrons en faire un compost végétal, un paillis. On pourra aussi s’en servir en tant que BRF, en l’incorporant dans ce cas aux premiers centimètres du sol. Dans mon potager, je garde toutes les tailles annuelles de rameaux. La première année, j’ai mis du BRF pour construire le sol. Maintenant, je composte beaucoup, je paille aussi avec. Attention à ne pas créer de faim d’azote, et parfois emmener un complément azoté, du compost, fumier ou des tontes, pour garantir une nourriture diversifiée pour votre sol. Le mieux ici aussi est de trouver ces apports dans son environnement proche. Les plantes vivaces elles, raffolent du BRF, rosiers, fraisiers, arbustes fruitiers…

  • Une ombre portée sur les parcelles à mi-saison qui permet d’étalonner les récoltes.

A mi-saison, on le voit bien sur cette photo du potager, le soleil est encore bas, et les haies vont projeter son ombre. Cette ombre, jour après jour, sera moins présente avec un soleil de plus en plus haut, l’été avançant. Celle aura le génial avantage sur une seule date de semis, d’étaler les récoltes ! Et oui, les graines ne seront pas exposées au même degré de lumière, et cela aura une influence notable sur la germination ! Par exemple, pour mon premier semis de petits pois de cette année, les graines les plus exposés au soleil ont déjà bien germé, alors que celles ensoleillées moins longtemps commencent à peine à germer.

  • Un piège à feuilles et diverses matières végétales.

Il a suffi que je ratisse sous la haie sur un mètre et voilà la brouette remplie de feuilles plus ou moins décomposées. Idéal en vue du paillage après les plantations de mai. Les feuilles et éléments végétaux en tous genres vont s’accumuler sous la haie. Vous n’aurez plus qu’à ratisser une fois par an, ou tous les deux ou trois ans, pour récupérer un formidable compost ou paillis selon le degré de décomposition.

  • Un abris pour le règne animal, les oiseaux, les pollinisateurs.

Merci aux internautes de me rappeler cette utilité que j’avais oublié ! La haie est un formidable abris pour les animaux, la faune, les oiseaux, la biodiversité. Hélas nous les dérangeons peut-être en allant chercher les feuilles, alors il faudra peut-être choisir 🙂

  • Un brise vue.

Il ne faut pas oublier le sens le plus commun de la haie, un très bon moyen de s’isoler des regards extérieurs, quand cela semble nécessaire. Et honnêtement, c’est un peu plus sympathique qu’un mur en béton…

  • Donner un aspect esthétique

Pour certains, superflu, pour d’autres indispensable, on aime parfois avoir des jardins ou des potagers qui soient jolis ! Avec des espèces comme le photinia, qui prennent de formidables couleurs pourpres au printemps, et des centaines d’autres exemples encore, les haies peuvent devenir un vrai élément de mise en valeur esthétique du potager.

Au final, une haie en permaculture aura au moins sept fonctions essentielles ! Paillage, ombrage, compost, brise vent, brise vue, abris de vie, beauté… Et si vous la taillez bien basse, ma foi pourquoi ne pas en faire un septième usage et faire un 110 mètre haie ! 🙂

Au jardin d'Olivier